Les derniere infos d octobre 2018

...Translate All The Site Into The Language(Tongue) Of Your Choice

Vous Appréciez Ce Site ?



Contribué

a son

évolutions en

faisant un don

Merci


Le Canada légalise le cannabis, les premiers clients sur un nuage Le Canada est devenu mercredi le premier pays du G20 à légaliser le cannabis 

Montréal (AFP) - Le Canada est devenu mercredi le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif, une réforme historique saluée par de longues files d'attente de consommateurs levés aux aurores pour être parmi les premiers servis.

Au Québec, où les boutiques d'Etat de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ont ouvert leurs portes à 10H00 (14H00 GMT), les premiers clients sont arrivés au milieu de la nuit.

A Montréal, devant la succursale de la rue Sainte-Catherine, l'une des principales artères du centre-ville, Mathieu fait le pied de grue depuis 03H00, explique-t-il à l'AFP. "C'est historique, je voulais être là!".

Plusieurs dizaines de personnes attendaient patiemment en début de matinée le long du trottoir. Certaines ont apporté des chaises pliantes et tuaient le temps en... fumant un joint.

"Ça faisait longtemps que ça devait être légalisé. Je fume depuis que j?ai 15 ans, j?en ai 33. Je fume avant d?aller travailler, je suis préparateur de commandes. J?ai 300 dollars en poche là", ajoute Mathieu.

"On a tous du "pot" (de l'herbe, NDLR) chez nous, là c?est pour vivre le truc et tester les saveurs", relève de son côté Sébastien Bouzats, originaire de Bordeaux. "Les Français vont tous venir fumer ici", prédit-il.

Les tout premiers clients au Canada avaient acheté leurs premiers grammes de marijuana dès minuit heure locale (02H30 GMT mercredi) à Saint-Jean-de-Terre-Neuve (est).

"C'était mon rêve de devenir la première personne à acheter le premier gramme légal de cannabis, et voilà, je suis là", a déclaré Ian Power aux journalistes sur place. "Je suis sur un petit nuage, tellement excité, je n'arrête pas de sourire. Il gèle dehors, mais je n'ai pas froid."

- Opposition conservatrice -

Trois ans après son élection, le gouvernement libéral de Justin Trudeau réalise l'un de ses engagements de campagne les plus symboliques: le Canada est seulement le deuxième Etat de la planète à autoriser la marijuana récréative, après l'Uruguay en 2013.

Aux Etats-Unis, la consommation récréative de cannabis a également été légalisée dans huit Etats --la Californie est devenue le 1er janvier 2018 le plus gros marché légal au monde-- et dans la capitale Washington.

Parallèlement, nombre de pays comme les Pays-Bas ou l'Espagne ont dépénalisé l'usage et la détention de marijuana ou légalisé le cannabis thérapeutique.

La mise en oeuvre de cette mesure sera scrutée et disséquée tant par les Canadiens, appelés aux urnes dans un an pour des législatives incertaines, que par les pays alliés d'Ottawa.

Le gouvernement a voulu permettre à chaque province d'organiser le commerce de l'herbe, et de Montréal à Vancouver en passant par Toronto et Winnipeg, chaque région a retenu sa propre recette pour organiser ce marché juteux évalué à environ 6 milliards de dollars canadiens (4 milliards d'euros) par an.

L'opposition conservatrice au Parlement d'Ottawa a multiplié les attaques ces derniers jours contre cette mesure qui, selon les adversaires de M. Trudeau mais aussi selon des médecins, a été précipitée et a occulté plusieurs dangers pour la santé et la sécurité publiques.

"Ça fait au moins deux ans qu'on travaille avec les différents gouvernements", a répondu mardi Justin Trudeau, répétant que la légalisation devait permettre de restreindre l'accès de cette drogue douce aux mineurs et "enlever l'argent des poches des organisations criminelles".

Dès mercredi matin, le ministre de la Santé publique Ralph Goodale a annoncé un projet d'amnistie pour les consomateurs condamnés à des peines légères pour simple possession de cannabis.

- 16% de fumeurs -

En campagne en 2015, M. Trudeau avait reconnu avoir lui-même fumé quelques joints par le passé, y compris lorsqu'il était député d'opposition. Mais désormais Premier ministre, il affirme avoir renoncé aux pétards: "il ne prévoit pas d'acheter ou de consommer de cannabis une fois que ce sera légalisé", a dit son cabinet à l'AFP.

Selon les statistiques officielles, 16% de la population canadienne a fumé du cannabis en 2017, ce qui représente 773 tonnes de drogue douce.

Il semble inévitable que les 120 producteurs autorisés actuellement ne soient pas en mesure de satisfaire toute la demande dans l'immédiat. Mais pour Bill Blair, ministre chargé de la Réduction du crime organisé, il est envisageable de ravir 25% du marché noir d'ici la fin 2018 et environ la moitié d'ici un an.

La hausse du prix des carburants, nouvelle épine dans le pied du gouvernement

Paris - La montée plus rapide que prévu des prix du pétrole met en difficulté l'exécutif, qui a fait voter une forte hausse des taxes sur le carburant pour favoriser la transition énergétique mais s'expose à de nouvelles critiques sur le pouvoir d'achat.
"Une bombe atomique", selon le député LR Marc Le Fur. Une "flambée dangereuse", pour l'association 40 millions d'automobilistes... Les mises en garde et les reproches se sont multipliés ces derniers jours, dans les médias comme à l'Assemblée nationale, sur l'envolée des prix à la pompe.

Un phénomène lié à la hausse mondiale des cours du pétrole, qui dépassait mercredi matin les 80 dollars le baril contre 57 dollars voilà un an, mais aussi à la hausse de fiscalité, qui pèse pour 60% des prix des carburants.

L'exécutif a en effet augmenté en 2018 les taxes sur l'essence et sur le diesel, respectivement de 4 et 7 centimes d'euros par litre, pour favoriser une convergence fiscale entre ces carburants et lutter contre le réchauffement climatique.

Cette politique devrait être renforcée en 2019, avec des hausses de 6 centimes pour le diesel et 3 centimes pour l'essence, puis à nouveau jusqu'en 2022, l'objectif étant de rendre l'essence moins onéreuse que le diesel, jugé plus polluant.


"Le fait qu'il y ait un rattrapage du diesel sur l'essence pour des raisons de santé publique ne nous pose pas de problème, c'est même assez logique", assure à l'AFP François Carlier, délégué général de l'association de consommateurs CLCV.

"Le problème, c'est qu'aujourd'hui on cumule de fortes augmentations de taxe et la flambée des prix du pétrole", ajoute M. Carlier, qui appelle l'exécutif à geler les hausses prévues l'année prochaine pour éviter de pénaliser les contribuables, "notamment dans les zones rurales".

Les prix du diesel sont en effet passés au-dessus de ceux de l'essence ces derniers jours dans plusieurs stations-service. Un phénomène inquiétant pour le portefeuille des contribuables, le gazole représentant 80% des volumes de carburant vendus en France.

- "la maison brûle" -

Pour l'exécutif, englué depuis plusieurs mois dans une polémique sur le pouvoir d'achat et accusé de négliger les populations rurales, le sujet est sensible, d'autant que les prix du pétrole devraient rester élevés au cours des prochains mois.

"Il y a une vraie difficulté, je le reconnais", a concédé mercredi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, disant "entendre" les problèmes rencontrés par "les personnes qui prennent leur véhicule diesel pour se rendre au travail le matin".

Pas question pour autant de revenir sur le calendrier fiscal du quinquennat. "Soit la maison brûle, soit elle ne brûle pas. Mais si la maison brûle, il est temps de s'en occuper et d'apporter des réponses", a insisté le ministre lors de la séance des questions à l'Assemblée nationale.

Signe que la question préoccupe la majorité: plusieurs pistes ont été avancées ces derniers jours pour compenser les pertes de pouvoir d'achat ou renforcer les dispositifs d'accompagnement des contribuables, à l'image du chèque énergie.

Lors des débats en commission sur le projet de budget 2019, le député LREM Mathieu Orphelin a ainsi proposé d'aider les ménages des zones rurales et périrubaines en cas de forte hausse des prix sur une période de plusieurs mois.

D'autres ont suggéré d'utiliser le gain de TVA lié à la hausse du prix du pétrole pour accroître les aides à la transition énergétique, et notamment la prime à la conversion automobile. Une proposition à laquelle Bruno le Maire s'est dit mercredi "favorable".

Instaurée le 1er janvier, la prime à la conversion prévoit le versement de 1.000 euros voire 2.000 euros pour les ménages non imposables en cas de mise au rebut d'un vieux véhicule. Elle connaît un net succès, avec plus de 170.000 dossiers déposés mi-septembre.

Cela suffira-t-il à calmer la grogne des automobilistes? Cette proposition va "dans le bon sens" mais cela reste "largement insuffisant", estime François Carlier, qui rappelle que les taxes sur les énergies fossiles rapportent près de 23 milliards d'euros par an à l'État.

Le diesel plus cher que l'essence dans 20% des stations-service


mais qu'attendent les gens pour reagir allo les gens faudrait voir de se reveiller


Selon Le Parisien ce mardi, le prix du gazole dépasse celui du sans plomb 95 dans de nombreuses stations-service du pays.
C'est une tendance inédite, et qui devrait se généraliser. Le prix du diesel dépasse celui de l'essence dans 20% des stations-service de France révèle Le Parisien, ce mardi. Selon le quotidien, le taux dépasse les 40% dans certains départements d'Île-de-France, comme les Yvelines ou la Seine-Saint-Denis. Une tendance qui touche de nombreux départements français comme le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, mais aussi la Loire-Atlantique et le Rhône.

Le prix du gazole est traditionnellement inférieur à celui du sans plomb 95, car moins taxé. Mais les enjeux écologiques modifient cette équation. Alors que le diesel est accusé d'être responsable d'une pollution aux particules fines, les gouvernements successifs ont rapproché la fiscalité du gazole et celle de l'essence.

Rattrapage fiscal
Un mouvement qui doit se poursuivre l'an prochain, avec la hausse de 6,5 centimes par litre des taxes sur le gazole et de 2,9 centimes par litre de celles sur l'essence. "Ce fameux rattrapage fiscal, c'est surtout un jackpot pour les finances publiques", s'agace auprès du Parisien Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes.


LIRE AUSSI >> La lente descente aux enfers des véhicules diesel

Plus globalement, les prix des carburants suivent une trajectoire à la hausse. Le prix du gazole vendu dans les stations-service françaises a augmenté la semaine dernière, tandis que celui du sans plomb est monté plus légèrement. Le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80% des volumes, s'affichait en moyenne à 1,5331 euro le litre, soit 1,14 centime de plus que la semaine précédente, selon les données hebdomadaires du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les cours du brut à la hausse
Le litre d'essence sans plomb 95 est pour sa part resté quasiment stable, en hausse de 0,02 centime à 1,5735 euro, tandis que celui du super contenant jusqu'à 10% d'éthanol (SP95-E10) a progressé de 0,12 centime à 1,5474 euro. Outre les taxes, les prix des carburants varient en fonction des cours du brut mais aussi du taux de change euro-dollar, du niveau des stocks de produits pétroliers et de l'évolution de la demande.
Les cours du brut sont revenus légèrement au-dessus des 80 dollars après avoir atteint en début de mois leur plus haut depuis quatre ans, à 86,76 dollars le baril, à cause des craintes de voir l'Iran exclu du marché.

Écrans: plus de 2h par jour nuit à l'intellect des enfants

Les enfants observés pour l'étude passaient en moyenne 3,6 heures par jour scotchés sur un écran.
Consommer trop d'écran enfant, c'est devenir moins intelligent? Ceux qui passent plus de deux heures par jour sur une tablette, une smartphone ou un écran de télévision ont de moins bonnes capacités cognitives que ceux dont l'exposition est plus limitée constate une étude publiée ce jeudi dans la revue britannique Lancet Child and Adolescent Health.

LIRE AUSSI >> À 2 ans, 2/3 des enfants regardent la télé tous les jours

L'étude conduite par des chercheurs canadiens (Institut CHEO / Université d'Ottawa / Carleton University) a porté sur 4520 enfants de 8 à 11 ans sur 20 sites à travers les États-Unis. En moyenne, ces enfants passaient 3,6 heures par jour sur un écran - téléphone portable, tablette, ordinateur, télévision - au-delà des recommandations canadiennes préconisant moins de 2 heures d'écran, 9 à 11 heures de sommeil et au moins une heure d'activité physique par jour.

Sur la totalité des enfants participant à l'enquête, seulement un petit Américain sur 20 (5%) coche les trois cases des recommandations canadiennes. Presque un sur trois (29%) n'en remplit aucune : sommeil suffisant, temps d'écran limité et activité physique. La moitié seulement (51%) des enfants dorment suffisamment, 37% passent moins de 2 heures sur les écrans et 18% seulement pratiquent une heure d'activité physique par jour, selon les questionnaires remplis par les familles.

Après des tests cognitifs poussés, l'étude relève un lien très net entre le temps passé sur les écrans, le sommeil et les performances des enfants. "Nous avons trouvé que plus de deux heures d'écran chez les enfants appauvrit leur développement cognitif", indique le docteur Jeremy Walsh de l'Institut CHEO du Canada. Il incite les pédiatres, parents, éducateurs et décideurs à limiter le temps d'exposition des enfants à l'écran et à faire du sommeil une question prioritaire.

LIRE AUSSI >> Écrans: faut-il être plus stricts que nos parents?

Sur les trois critères - sommeil, écran et activité physique - le temps passé à dormir et l'exposition aux écrans sont les plus directement liés aux facultés intellectuelles des enfants, tandis que l'activité physique à elle seule n'avait pas d'impact sur la capacité cognitive, tout en étant le facteur le plus important pour une bonne santé physique de l'enfant.

Des recommandations mondiales
Les recommandations sur le sommeil et l'activité physique du Canadian 24-Hour Movement, publiées en 2016, sont conformes à celles de l'Organisation mondiale pour la santé, mais cette dernière ne fait pas de recommandation spécifique sur les écrans, note l'étude.

Comment Candy Crush anesthésie nos cerveaux

La nouvelle extension de Candy Crush sort ce jeudi 11 octobre. Un jeu vidéo conçu pour happer notre matière grise.
380 niveaux supplémentaires, des mondes en 3D, de nouveaux personnages pour une nouvelle expérience "plus sucrée que jamais". Friends Saga, la nouvelle extension du jeu vidéo sur mobile Candy Crush, l'un des plus joués et rentables au monde - trois milliards de téléchargements en huit ans -, est sortie ce jeudi 11 octobre. Si le pouvoir addictif de ce passe-temps consistant à aligner des bonbons pour les faire éclater a été maintes fois souligné, les effets de son design très coloré sur notre cerveau le sont moins. Pourtant, l'univers graphique de Candy Crush, très enfantin, acidulé, et surtout saturé de couleurs, contribue lui aussi à nous maintenir le nez collé à notre écran. Explications.

LIRE AUSSI >> Non, les jeux tablettes et mobiles ne sont pas forcément des jeux de chiottes

"Le fait de regarder une couleur active une zone particulière du cerveau : certaines couleurs stimulent plus l'hémisphère droit, d'autres stimulent plus l'hémisphère gauche, d'autres une aire en particulier, explique Jean-Gabriel Causse écrivain et designer français, spécialisé dans l'influence des couleurs sur nos perceptions et nos comportements. La multiplicité des couleurs dans ce type de jeu a donc pour effet de meubler notre cerveau, voire même de l'anesthésier - même si le terme est sans doute un peu fort -, ce qui explique que le joueur ait la (fausse) sensation de ne plus s'ennuyer quand il joue".

"Le joueur est entraîné dans un vide, dans une non-réflexion"
La volonté d'avoir mis une très large palette de couleurs dans Candy Crush n'est certainement pas un hasard, conclut Jean-Gabriel Causse. Mais cette sur-stimulation visuelle favorise-t-elle l'émergence de sentiments de frustration, de colère ou de plaisir qui motivent l'acte d'achat [Candy Crush est un free-to-play, un jeu gratuit lors de l'installation mais qui propose des micro-transactions pour accélérer la progression] ?

"À mon humble avis, ces émotions sont activées par d'autres mécanismes, mais toutes ces couleurs entraînent le joueur dans un vide où il ne pense plus à rien, tacle l'expert. Mon hypothèse est que la frustration ou le manque pourraient se créer une fois qu'on arrête le jeu, au moment où tous les problèmes du quotidien reviennent à l'esprit."

L'univers graphique de Candy Crush cache cependant une autre subtilité à laquelle notre cerveau est sensible, détaille le designer et auteur de Crayon de Couleur (Flammarion). "Quand on regarde l'esthétique du jeu, on a l'impression qu'il est conçu pour des enfants de cinq ans, or de nombreux adultes y jouent, note-t-il. Ces couleurs acidulées font retomber le joueur dans l'enfance et c'est une autre façon, selon moi, d'emmener le joueur vers la non-réflexion."

Une sur-stimulation informationnelle permanente
Ce constat sévère est en partie partagé par Vanessa Lalo, psychologue spécialiste des jeux vidéo. "L'utilisation de toutes ces couleurs et cet univers enfantin renforcent sûrement l'engagement des joueurs, mais il est aussi lié à l'univers très sucré, aux bonbons, qui renforce l'identification à des objets du réel qui apportent un plaisir certain et activent un double circuit de récompense dans le cerveau", estime-t-elle. La forme et la position des petits bonbons contribue elle aussi à happer notre matière grise. Notre cerveau semble naturellement doué pour trier les objets qui apparaissent dans notre champ de vision et effectuer des regroupements. Une idée soulignée dès les années 1920 par des chercheurs allemands et confirmée depuis par de nombreuses études.

Dans un raccourci osé, certains designers de l'industrie vidéoludique n'hésitent pas à comparer Candy Crush à l'application de rencontre Tinder. Dans les deux cas, un glissement de doigt suffit pour jouer et obtenir une récompense satisfaisante : le passage au niveau supérieur dans le cas du jeu vidéo et un "match" avec une autre personne dans le cas de l'application de rencontres.

Mais la psychologue Vanessa Lalo tient surtout à souligner le côté pernicieux des jeux "free-to-play" qui manipulent les joueurs pour les faire jouer un maximum de temps. "Il y a une sur-stimulation informationnelle permanente, le robot qui clignote, les suggestions de solutions après deux secondes d'inactivité, les bonus qui bougent quand on est sur le point de perdre, etc. Dans cette surcharge visuelle, l'oeil sera plus attiré par les couleurs contrastées au point de faire oublier les combinaisons gagnantes, ce qui peut provoquer de la frustration [le jeu propose un nombre maximum de cinq vies à la fois, et les niveaux les plus difficiles en nécessitent souvent plus] et des comportements compulsifs." Un comble pour un jeu censé nous faire oublier nos idées noires.

Des SDF hébergés à l'Hôtel de ville : «C’est bien que la maire de Paris lance un message de mobilisation»

bravo !!!!

La maire de Paris a annoncé qu’elle allait ouvrir des mairies de la capitale aux SDF cet hiver, dont l’Hôtel de Ville, spécialement dédié aux femmes. La mesure doit contribuer à héberger la moitié des 3 000 sans-abri recensés en février. Et demande à l'Etat de faire la seconde partie du travail.

L’hiver dernier, Paris fut subdivisé en 350 secteurs et quadrillé par autant d’équipes constituées de trois à cinq personnes, avec à leur tête un travailleur social ayant reçu une formation spécifique au recensement. Objectif de cette opération inédite baptisée «nuit de solidarité» réalisée du 15 février au soir au 16 février au matin ? Compter le nombre de SDF qui dorment dans les rues de la capitale. En sillonnant le moindre recoin de Paris, ces recenseurs d’une nuit avaient dénombré près de 3 000 personnes (2 952 exactement) dormant dehors. Un chiffre qui confirme le ressenti de chacun: beaucoup de personnes vivent dehors dans la plus grande ville française. On les croise en rentrant du travail, en allant au cinéma, en bas de son bureau ou de son domicile… Paris compte des dizaines de centres d’hébergement totalisant près de 10 000 places. Par ailleurs, 6 000 personnes sans domicile sont hébergées dans des hôtels. Mais ce dispositif n’est pas suffisant au regard des chiffres de la grande précarité.

«Les femmes SDF sont de plus en plus nombreuses»
Dimanche, dans une interview au JDD, la maire de Paris, Anne Hidalgo, indique qu’elle est prête à mobiliser pour accueillir des personnes sans abri, dans «plusieurs mairies d’arrondissement – de gauche comme de droite – [qui] ont accepté d’ouvrir des places d’hébergement dans leurs locaux». L’édile parisienne annonce aussi qu’à l’intérieur de l’Hôtel de Ville, les salons des Tapisseries et des Prévôts – représentant une surface de 750 m² – seront «transformés en accueil de jour – des repas seront servis et des soins prodigués – ainsi qu’en halte de nuit, avec des lits, des dortoirs, des blocs sanitaires». Ce lieu d’hébergement sera réservé aux «femmes SDF [qui] sont de plus en plus nombreuses : 12% des sans-abri», souligne Anne Hidalgo. Enfin, elle lance un appel aux entreprises pour qu’elles mettent à disposition leurs bureaux vides pour accueillir les personnes sans toit.

«Il manque […] près de 3 000 places [au vu du recensement de février, ndlr]. Je me suis engagée à ce que la ville fasse la moitié du chemin, affirme la maire au JDD. Plus de 800 places ont déjà été créées dans nos bâtiments depuis février, 700 seront ouvertes d’ici à début 2019», pointe l’élue avant de suggérer à l’Etat, et donc le gouvernement, de réaliser la part qui lui revient, c’est-à-dire l’autre moitié, soit 1 500 places.

Invitée à réagir, dimanche, lors de l’émission Question politiques sur France Inter, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a estimé qu’en matière de lutte contre l’exclusion, l’important est de «trouver des solutions à grande échelle» et a jugé que «le symbole» fort que constitue l’ouverture d’un dortoir à l’intérieur même de l’Hôtel de Ville, «ce n’est pas le plus important». Sous-entendu, Hidalgo fait de la com.

«Un vrai logement autonome»
Mais dans les associations de lutte contre les exclusions, des responsables jugent «très intéressante» la démarche. «C’est bien que la maire de Paris lance un message de mobilisation rappelant la nécessité de créer 3 000 places d’hébergement dans la capitale, souligne Florent Guéguen, directeur général de la Fédération des associations de la solidarité (FAS). Ce n’est pas fréquent de voir des élus s’investir sur ce type de sujet. Certains maires vont jusqu’à signer des arrêtés anti-SDF comme s’ils devaient disparaître de nos villes.»

Encore faut-il ne pas se contenter de faire de la mise à l’abri temporaire en période de froid, et remettre les personnes hébergées à la rue aussitôt le printemps revenu. «Il est nécessaire de travailler tout à la fois sur le nombre de places pour faire face aux besoins que sur leur pérennité, pour assurer à terme aux personnes concernées une sortie vers un vrai logement autonome avec un accompagnement social à la clé», avertit Florent Guéguen.

Retour de l'inflation, gare à votre épargne!

Mauvaise nouvelle : la récente hausse des prix pourrait s'installer durablement. Un coup dur pour certains placements.
L'inflation avait quasi disparu du paysage, mais, depuis cet été, la donne a changé. L'indice des prix à la consommation a atteint en rythme annuel, 2,3 %. Une tendance qui ne semble pas près de s'arrêter, la Banque de France anticipant une inflation à 2,1 % en 2018, contre 1 % en 2017.

Un coup dur pour les épargnants, notamment pour les détenteurs d'un Livret A, dont la rémunération stagne à 0,75 %. Face à cette nouvelle donne, pour préserver au maximum la valeur de leurs économies, les Français doivent adapter leur stratégie patrimoniale. Leur priorité : s'orienter vers des placements susceptibles d'offrir des rendements supérieurs à 2,1 %. Pas si facile dans un contexte de taux bas plus favorable aux emprunteurs qu'aux épargnants. Mais pas impossible.

Réorienter sa stratégie patrimoniale
Première piste : l'immobilier locatif. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, si les loyers suivent la courbe de croissance des prix, l'investissement locatif peut constituer un rempart durable contre l'inflation. D'autant qu'avec les niveaux de taux d'emprunt actuel, sous la barre de 1 % pour les meilleurs dossiers, on peut jouer l'effet de levier du crédit pour se constituer un capital à moindre coût.

Deuxième piste, dans la même veine : la souscription de parts de société civile de placement immobilier (SCPI), en cash ou à crédit. Aussi appelée "pierre papier", leur rendement oscille en moyenne entre 3 et 4 % par an. Attention, ici, comme pour l'immobilier en direct, les durées de détention conseillées dépassent les dix ans. En outre, afin de limiter les risques de moins-values en cas de retournement du marché, il faut se montrer ultra-sélectif. Informez-vous en particulier sur le choix des actifs, leur répartition géographique, l'âge des immeubles détenus, le taux d'occupation, la capitalisation, les performances et la valorisation des parts sur la durée.


Pratique >> Découvrez l'investissement SCPI en partenariat avec Corum

Le bon plan des anciens PEL
Troisième piste : une première option consiste à doper son contrat d'assurance-vie, même si le placement préféré des Français a du plomb dans l'aile. Les fonds en euros - les seuls à garantir le capital placé - ont rapporté en moyenne 1,8 % en 2017 et ne devraient pas faire mieux en 2018. Soit moins bien que les anticipations d'inflation. Toutefois, il est possible de limiter la casse en ciblant les meilleurs fonds en euros. Vendus sans droit d'entrée et à frais allégés sur Internet, ils dégagent encore des rendements de 2 % et plus.

Seconde option : effectuer des arbitrages sur son contrat en optant pour des unités de compte (UC) investies en actions ou en SCPI. Selon votre aversion pour le risque, il faudra limiter cette fraction à entre 5 et 20 % de son portefeuille. Car, si les espoirs de gains avec les UC sont plus élevés que sur les fonds en euros, les possibilités de pertes existent aussi. Dans la même optique, le choix d'une "gestion pilotée", y compris avec un profil "prudent", permet en principe de tirer la performance de son contrat vers le haut.

Enfin quatrième et dernière piste : les anciens plans d'épargne logement (PEL). Ceux ouverts entre le 1er août 2003 et le 31 janvier 2015 rapportent 2,5 % brut hors prime d'État et jusqu'à 4,50 % hors prime s'ils ont été souscrits entre le 1er juillet 1985 et le 15 mai 1986. Les banquiers ne le crient pas sur les toits, mais les PEL antérieurs au 1er mars 2011 n'ont pas de durée de péremption (contre une durée limitée à dix ans depuis cette date). Ainsi, le taux d'intérêt initial reste acquis aussi longtemps que le plan se poursuit.

Données personnelles sur Internet: Mahjoubi donne l'alerte

Selon le secrétaire d'État au Numérique, " nous sommes nous-mêmes responsables de nos données personnelles sur Internet".
Si vous ne voulez pas que vos données personnelles fuitent, supprimez-les. C'est en substance ce qu'a conseillé Mounir Mahjoubi ce mardi matin sur France Inter. Le secrétaire d'Etat chargé du Numérique était invité à s'exprimer sur la faille de sécurité de Google + dévoilée la veille. Selon lui, les utilisateurs doivent être "responsables de [leurs] données personnelles sur Internet" car les mesures du Règlement général de protection des données (RGPD) ne suffisent pas à sécuriser les données en amont.

Tout peut fuiter
"Il faut qu'on se rende compte que nos données personnelles ne sont pas dans des coffres-forts et qu'elles peuvent fuiter", a affirmé Mounir Mahjoubi au micro de France Inter. Il invite donc les Français à se renseigner sur les données personnelles que conservent leurs réseaux sociaux. "Quand vous les regardez, posez-vous une question : si jamais elles fuitent et circulent partout sur Internet, que tout le monde peut les télécharger, est-ce que je suis à l'aise ?", explique le secrétaire d'État.

Interrogé par Léa Salamé, Mounir Mahjoubi affirme qu'il faut désormais agir avec nos données personnelles sur Internet comme avec n'importe quel objet précieux : "Chez vous, quelque chose de très important, vous ne le laissez pas devant votre porte, vous le mettez derrière une porte et vous fermez à clé [...] Pourquoi est-ce que pour les données en ligne on ne fait pas la même chose ?". Aux questions posées par les auditeurs, il a également insisté sur le fait que l'e-mail était "le moyen de communication le moins sécurisé au monde" pour échanger des données importantes.

L'État : une intervention en aval
Mounir Mahjoubi a tout de même tenté de rassurer quant à la marge de manoeuvre de l'Etat, qui peut intervenir après la fuite. Depuis l'entrée en vigueur du RGPD, chaque pays européen dispose en effet d'un régulateur en la matière.


LIRE AUSSI >> Que change la nouvelle loi de protection des données ?

Fin septembre, les autorités européennes ont été mises au défi par un piratage potentiel de données personnelles sur Facebook. La faille de sécurité du réseau social a touché environ 50 millions de comptes, dont presque 10% appartiennent à des Européens. Depuis, Facebook n'a toujours pas répondu à toutes les interrogations que ce piratage suscite. Mounir Mahjoubi a donc insisté sur le fait que la plateforme pourrait être condamnée à une lourde amende si ses responsables restent silencieux.

Après celle de Facebook, la faille de sécurité du réseau social Google + est selon Mounir Mahjoubi "le cinquième événement de ce type en quelques mois". Malgré la demande du secrétaire d'Etat, Google France n'a toujours pas indiqué si des comptes français avaient été touchés.

Piratage Facebook: 29 millions de comptes compromis

Sur les 29 millions de comptes hackés, 14 millions ont été particulièrement atteints.
Une faille de sécurité découverte en septembre dans le premier réseau social du monde a permis à des pirates informatiques de compromettre des données personnelles de quelque 29 millions d'usagers, a indiqué Facebook vendredi dans un communiqué. Ce chiffre est bien moins important qu'il ne le craignait initialement, le réseau social avait parlé de 50 millions de comptes compromis en révélant l'affaire le 28 septembre.

Facebook a précisé que 15 millions de personnes avaient vu leur nom et leurs contacts personnels compromis et que des détails supplémentaires l'avaient aussi été pour 14 millions d'autres usagers.

14 millions de comptes particulièrement atteints
Pour l'ensemble des 29 millions de comptes, les hackers - dont l'identité ou l'origine n'ont pas été révélées jusqu'à présent - ont accédé au nom de l'usager, son adresse de courriel et/ou son numéro de téléphone si celui-ci était indiqué dans son profil.

La pêche a été beaucoup plus fructueuse, et potentiellement plus dommageable, dans les 14 autres millions de cas. Outre le nom et les contacts, les pirates informatiques ont aussi pu avoir accès au sexe, au statut indiquant la situation amoureuse, l'éducation reçue mais aussi à la date de naissance, au lieu d'habitation s'il était renseigné, à l'emploi occupé ainsi qu'aux pages internet et personnes suivies par les usagers concernés.

Faille de sécurité Facebook: Des informations personnelles ont bien été volées

TECHNOLOGIE - Finalement, 29 millions de comptes ont été touchés, un peu moins que les 50 millions de la première estimation...

Une bonne et une mauvaise nouvelle. La faille de sécurité découverte en septembre par Facebook a touché moins de comptes que ce que craignait l’entreprise : 29 millions et pas 50 millions comme initialement estimé. La mauvaise nouvelle, c’est que les hackers ont bien accédé aux informations personnelles des utilisateurs (nom, adresse email, et pour certains, l’historique récente des recherches). Les mots de passe n’ont pas été compromis, et l’entreprise a prévenu les utilisateurs touchés afin qu’ils se reconnectent. Une page spéciale a été mise en place ici.

La faille a existé entre juillet 2017 et septembre 2018. La fonction « Voir une page en tant que » a permis a des hackers de voler des « jetons de sécurité » intermédiaires de 400.000 comptes. « C’est l’équivalent d’une clé numérique qui permet aux personnes qui sont identifiées de ne pas devoir entrer leur mot de passe à chaque connexion », explique Facebook. Les hackers ont ensuite pu accéder aux données de certains amis de ces comptes, 29 millions de personnes au total.
Situation amoureuse et historique de recherche

Pour l’ensemble des 29 millions de comptes, les hackers – dont l’identité ou l’origine n’ont pas été révélées jusqu’à présent – ont accédé au nom de l’usager, son adresse email et son numéro de téléphone si celui-ci était indiqué dans son profil. Pour 15 millions de personnes, c’est tout ce qui a été compris.

La pêche a été beaucoup plus fructueuse, et potentiellement plus dommageable, dans les 14 autres millions de cas. Outre le nom et les contacts, les pirates informatiques ont aussi pu avoir accès au sexe, au statut indiquant la situation amoureuse, l’éducation reçue mais aussi à la date de naissance, au lieu d’habitation s’il était renseigné, à l’emploi occupé, aux pages Internet et personnes suivies ainsi qu’à l’historique des 15 dernières recherches dans la barre Facebook.

Le danger, c’est que ces données peuvent être croisées avec celles volées dans d’autres attaques pour créer des fausses identités numériques. Les hackers peuvent aussi s’en servir pour accéder à d’autres comptes en réussissant à répondre aux questions de sécurité posées en cas d’oubli de mot de passe. Facebook a indiqué que le FBI poursuivait son enquête et lui avait demandé de ne rien en dévoiler.

L'étrange changement de règle des nominations des recteurs de Macron

La nouvelle règle favoriserait l'arrivée d'une ancienne camarade d'Emmanuel Macron à la tête de l'Académie de Versailles.
Un décret a été présenté mercredi en conseil des ministres afin de modifier les modalités de nomination des recteurs. Le texte double les nominations de non-doctorant et permet désormais à 12 recteurs sur 30 de ne pas être un universitaire.

"Il s'agit d'ouvrir ces postes de recteur à plus d'énarques et plus précisément à une camarade d'Emmanuel Macron [Charline Avenel] à l'ENA", grince une source "très bien informée" auprès de l'Obs, mercredi soir, qui assure qu'elle est pressentie pour prendre la tête de la prestigieuse académie de Versailles.

Une manoeuvre toutefois démentie par l'Élysée qui a assuré auprès de nos confrères que l'assouplissement des règles avait été souhaité par Emmanuel Macron "bien avant que Charline Avenel ne soit dans le radar" et que c'est Jean-Michel Blanquer "qui a souhaité la nommer à Versailles".

Un décret critiqué
Selon nos confrères, le décret tombe pourtant à pic pour Charline Avenel, actuelle secrétaire générale de Sciences-Po. Non-doctorante, elle ne peut actuellement pas devenir rectrice de la plus grosse académie de France (un million d'élèves). En effet, bine que haut fonctionnaire, elle n'est pas titulaire d'une habilitation à diriger des recherches et les six recteurs non-doctorants ont déjà été nommés.

LIRE AUSSI >> Les "Senghor" au pouvoir

Une stratégie dénoncée par des universitaires. Ils dénoncent du favoritisme. Car l'énarque n'a jamais dirigé d'académie et celle de Versailles était réservée jusqu'à présent à des recteurs d'expérience. Quoi qu'il en soit, Charline Avenel aurait prévenu ses proches collaborateurs de Sciences-Po de son départ imminent et ferait déjà des allers-retours à Versailles.

Société - Maine-et-Loire : un pesticide suspendu 15 jours après trois cas d’intoxications

La préfecture du Maine-et-Loire a pris cette décision à la suite d’un troisième incident survenu vendredi sur les terres de Mazé-Milon.

Un pesticide a été suspendu temporairement vendredi par la préfecture du Maine-et-Loire. Une décision prise après la constatation dans la matinée d’un troisième cas d’intoxication en trois semaines. Cinq personnes, principalement des ouvriers agricoles, ont été incommodées (irritations des voies oculaires et respiratoires) sur des champs à Mazé Milon. Elles se rajoutent aux 61 autres touchées mardi à Brain-sur-l’Authion. Ce jour-là, 17 d’entre elles avaient même été hospitalisées.

Metham Sodium, voici le nom du produit mis en cause. Les méthodes d’usage de ce pesticide, herbicide et fongicide, destiné à nettoyer les sols pour les préparer aux semis, n’auraient pas été respectées, selon les premiers éléments de l’enquête.
Non-respect des méthodes d’épandage

« Ces manquements, associés à des conditions climatiques exceptionnelles rendant les sols trop secs et trop chauds pour son application sans risques, ont provoqué trois phénomènes d’intoxication de personnes présentes à proximité des épandages », a indiqué la préfecture en fin de journée.

« Cette (suspension) pourrait être reconduite en fonction de la situation météorologique et des vérifications en cours auprès de la profession sur les conditions d’utilisation du produit », a ajouté la préfecture dans un communiqué.
« Cancérigène » et « détruit toute vie au sol »

Le nuage toxique met en danger la santé des riverains, des agriculteurs et des salariés agricoles qui manipulent et épandent », alertait mardi le président de Sauvegarde de l’Anjou Yves Lepage, qui envisage de porter plainte.

Selon l’association, ce produit est « extrêmement toxique pour les organismes vivants, fortement soupçonné d’être cancérigène et de perturber le développement chez l’humain » et « détruit toute vie dans le sol ». Il est fortement utilisé en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire pour la production de mâche nantaise, d’après la même source.

« Quand les services de l’État en viennent à convoquer la température du sol pour tenter-vainement !- de nier la dangerosité des pesticides… Effarant ! », a de son côté commenté l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot.



Pour sauver la planète, il faut réduire de 90% la consommation de viande

Note de l'éditeur : La société de demain se construit aujourd'hui. Ses piliers : égalité des sexes, inclusion économique, droits des minorités, écologie, laïcité, bioéthique. Microsoft News vous fait vivre ces révolutions du quotidien. Retrouvez chaque jour les histoires de celles et ceux qui font évoluer la société.

La production agroalimentaire, consommatrice d'eau et source de déforestation, est un facteur majeur de réchauffement climatique.

La consommation globale de viande devra être réduite drastiquement si le monde veut agir contre le réchauffement climatique. C'est le constat d'une étude parue dans la revue Nature et consacrée à l'impact environnemental de ce que nous mangeons. La production agroalimentaire - consommatrice d'eau et source de déforestation - est un facteur majeur de réchauffement climatique. Pour préserver l'environnement, les pays développés en particulier devraient réduire de 90% leur consommation de viande, ont calculé les chercheurs.
Nourrir une population en pleine expansion

L'élevage en particulier a un fort impact sur la santé de la planète, les animaux générant de fortes émissions de méthane qui contribuent largement au réchauffement. Par ailleurs, produire de la viande est aussi synonyme de consommation d'eau: pour produire 500 grammes de bœuf, il faut près de 7.000 litres d'eau.

"Aucune solution à elle seule ne suffira à nous garder dans 'les limites planétaires', souligne Marco Springmann, de l'université d'Oxford. Mais si toutes les solutions étaient mises en œuvre ensemble, il pourrait être possible de nourrir de façon durable une population en pleine croissance". Alors que l'ONU vient de publier un bilan scientifique alarmant sur l'accélération du réchauffement climatique, le scientifique ajoute que "sans action concertée, les impacts environnementaux de notre alimentation pourraient croître de 50 à 90% d'ici 2050 du fait de la croissance de la population et de régimes toujours plus riches en graisses, sucre et viande".
Nécessaires réformes politique et industrielle

Par ailleurs, les scientifiques précisent que réduire de moitié le gaspillage alimentaire dû à de simples problèmes de gestion, permettrait d'endiguer les répercussions environnementales de 16%. Pour Marco Springmann, "il faut une approche globale, en terme de politiques et d'industrie, pour permettre ces changements des modes d'alimentation, pour les rendre plus sains, plus axés sur les végétaux et le plus attrayants possible pour le plus grand nombre".

Cancer du sein : la consommation de viande transformée augmenterait les risques

Note de l'éditeur : La société de demain se construit aujourd'hui. Ses piliers : égalité des sexes, inclusion économique, droits des minorités, écologie, laïcité, bioéthique. Microsoft News vous fait vivre ces révolutions du quotidien. Retrouvez chaque jour les histoires de celles et ceux qui font évoluer la société.

Le 2 octobre 2018, une étude de l’université de Harvard (Etats-Unis) met en garde les femmes qui consommeraient de la viande transformée. Les hamburgers et les hotdogs pourraient augmenter le risque de cancer du sein.

C’est la première fois que des chercheurs ont pu montrer un lien entre viande transformée et cancer du sein. Selon une nouvelle étude menée à Harvard (Etats-Unis) et rapportée par le journal britannique Dailymail, le 2 octobre 2018, la consommation de hamburgers et de hotdogs favoriseraient les risques de cancer du sein chez les femmes. Il faut savoir que les Etats-Unis sont des grands consommateurs de viande transformée. Elle était déjà liée au cancer du pancréas, de l'intestin et de la prostate mais cette étude est la première à montrer un lien avec des tumeurs qui se développent dans le sein. D’après une méta-analyse de 28 études antérieures, "les femmes ayant consommé la viande la plus transformée avaient 9% plus de risques de développer la maladie". Malgré la faible augmentation des risques, les chercheurs pensent qu’elle reste quand même significative. Si les viandes rouge telles que le bœuf, l'agneau, le porc, le veau, la chèvre et le mouton ne sont pas transformées, il n’y a aucun risque à leur consommation.

Pas plus de 70g par jour

L’étude a analysé le régime et la fréquence alimentaire des femmes pouvant entrainer un cancer du sein chez des millions de femmes. Concernant la viande rouge consommée, sur 1 133 110 femmes, 33 493 avaient développé un cancer du sein. Pour la viande transformée, sur 1 254 452 femmes, 37 070 avaient été diagnostiquées. La viande transformée est une viande salée, saumurée, fermentée, fumée ou mélangée pour faire des saucisses, des hot dogs, du salami, du bacon, du jambon et du bœuf salé. Le World Cancer Research Fund recommande dans le Dailymail "de supprimer totalement la viande rouge, mais le NHS affirme que ceux qui ne le peuvent pas devraient essayer de s'en tenir à une limite de 70 g par jour (l'équivalent d'un demi-hamburger ou d'une saucisse)". Mais malheureusement, des millions de personnes dépassent encore facilement la limite proposée. La réduction de la viande transformée semble donc bénéfique pour la prévention du cancer du sein et offre une autre raison aux femmes de continuer à la réduire. Maryam Farvid, auteure principale du Harvard T.H. Chan School of Public Health, a déclaré au journal britannique "qu'à l'échelle mondiale, le cancer du sein est le cancer le plus répandu chez les femmes et la deuxième cause de décès par cancer. Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), la consommation de viande rouge serait un cancérigène probable pour l'homme, tandis que la viande transformée serait classée comme cancérogène pour l'homme".

Comment reconnaître un cancer du sein ?

S’il est souvent conseillé aux femmes de pratiquer une autopalpation de manière fréquente, d’autres signes peuvent alerter. Les symptômes peuvent être reconnu par un changement de la forme de la poitrine ou du mamelon; un gonflement des bras; un mal de dos; une perte de poids inexpliquée. "Une femme sur six diagnostiquée d’un cancer du sein a d’autres symptômes qu’une grosseur dans la poitrine. Il est crucial que les femmes soient conscientes qu’une masse n’est pas le seul symptôme d’un cancer du sein" expliquent des chercheurs en cancérologie de l’University College London, au Royaume-Uni. A noter que plus un cancer est diagnostiqué précocement, plus les chances de survie sont élevées.

SNCF : les agents qui verbalisent le plus sont récompensés par des chèques cadeaux

Le centre SNCF d'Asnières dans les Hauts-de-Seine a lancé début octobre un «concours» récompensant de bons allant de 100 à 250 euros les trois agents qui dresseront le plus de contraventions.

Verbaliser plus pour gagner plus. Telle est la méthode de management utilisée par le centre SNCF d'Asnières (Hauts-de-Seine) pour motiver ses équipes qui interviennent dans les gares du département. Au cœur de la polémique, une affiche - révélée vendredi par le HuffPost - que Le Figaro a pu se procurer.

«Concours top lafeur», peut-on lire en haut de l'affiche. «Lafeur» est un dérivé de «LAF», qui signifie «lutte anti-fraude». Concrètement: pour la période allant du 1er octobre au 31 décembre, les trois agents du centre qui verbaliseront le plus seront récompensés par des chèques cadeaux: 250 euros pour le premier, 150 euros pour le second et 100 euros pour le troisième.

Ce concours ne concerne pas les contrôleurs «traditionnels» mais les agents d'accueil assermentés: ils sont autorisés à dresser des procès-verbaux dans les gares depuis 2016. De plus, pour avoir une chance de figurer sur le podium, les agents doivent réaliser des «CC», c'est-à-dire des contraventions d'un montant de 68 euros qui doivent immédiatement être réglées par l'usager en carte bleue, juste après une infraction. «De plus en plus de voyageurs reçoivent des amendes de 68 euros simplement parce qu'ils fument sur le quai», dénonce au Figaro Anasse Kazib, secrétaire adjoint du syndicat Sud Rail.

Interrogé par nos confrères du HuffPost, Éric Bezou, militant à Sud Rail, questionne: «Si quelqu'un n'obtient pas de bons chiffres, que se passera-t-il? Les agents le vivent très mal». Une femme cheminot qui a travaillé à Asnières jusqu'en septembre 2017, raconte que «c'est devenu une priorité dans notre travail» et qu'il «faut faire entrer de l'argent à la SNCF».

La SNCF évoque «une initiative locale» mais ne condamne pas

Contactée par Le Figaro, la SNCF explique qu'il s'agit d'une «initiative locale qui ne répond aucunement à une éventuelle consigne de la direction de l'entreprise». Sans condamner cette initiative, la SNCF poursuit: «Si la méthode interpelle, le coût de la fraude qui représente plus de 300 millions chaque année n'interpelle pas moins. C'est autant de ressources financières en moins pour acheter des trains, les rénover, les nettoyer, maintenir les voies et assurer le meilleur service aux voyageurs qui sont en règle».

Selon un document interne que leFigaro s'est procuré, d'autres centres SNCF, dont celui de Versailles dans les Yvelines, pratiqueraient également ces méthodes de management.

Une salle de détente réservée «au mérite»

Le centre SNCF d'Asnières était décidément dans l'œil du cyclone ces derniers jours. Jeudi, dans un tweet très relayé sur les réseaux sociaux, Anasse Kazib avait dénoncé l'existence d'une pièce baptisée «salle détente» au sein des locaux. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf que cette salle - mise à la disposition des cheminots durant leurs pauses - était uniquement réservée aux salariés «méritants».

Dès la découverte de ce prospectus sur les réseaux sociaux, la SNCF a condamné«fermement une initiative purement locale». Le groupe a fait savoir qu'il avait réclamé son «retrait immédiat», ceci étant «contraire aux valeurs RH de la SNCF».

Un chauffeur de taxi bientôt en commission de discipline pour avoir insulté et renâclé à transporter un aveugle et son chien-guide

Le sexagénaire aveugle affirme que le chauffeur de taxi l'a insulté avant de finalement accepter de le transporter le 16 mai, à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

"Cet énergumène m'a lancé : 'Je n’ai pas une voiture à 80 000 euros pour mettre des p… de clébards dedans'." Aveugle et accompagné de son chien-guide, un habitant d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques), âgé de 67 ans, raconte qu'un chauffeur de taxi a refusé de le transporter à Pau. La commission disciplinaire des taxis, réunie à Bayonne, sous l'égide de la préfecture, statuera mardi 16 octobre sur son cas, affirme samedi La République des Pyrénées.

Le 16 mai, cet homme avait commandé un taxi après avoir terminé ses activités au sein de l’Union des aveugles et déficients visuels (Unadev). "Dès que le chauffeur de la société des taxis palois a aperçu le chien-guide, l’homme s’est mis à hurler comme un fou alors que j’avais prévenu la compagnie en amont de la présence d’un chien", relate à La République des Pyrénées Claire Laurentie, animatrice socioculturelle du centre Unadev.

Après un échange "agressif et violent", le chauffeur avait fini par accepter de transporter le sexagénaire et son chien. Mais celui-ci avait signalé la situation le lendemain par courrier, auprès de la préfecture. "Il peut écoper d’une suspension temporaire à définitive de sa carte professionnelle ou d’un simple avertissement", indique un fonctionnaire de la préfecture. La chambre syndicale des taxis Béarn-Pays basque-Union nationale des taxis 64 n’a pas souhaité s’exprimer sur cet accrochage, avant de promettre, finalement, "des suites et des décisions".

De Marseille à Paris, on marche pour le climat

Un mois après la mobilisation inédite du 8 septembre dernier, dans la foulée de la démission de Nicolas Hulot, de simples citoyens appelaient de nouveau à manifester.

Avec une banderole "Il est encore temps" en tête de cortège, quelques milliers de personnes ont débuté la marche parisienne pour le climat samedi en début d'après-midi, après 500 personnes un peu plus tôt à Marseille.

Près de 80 marches sont prévues en France ce samedi.

Un mois après la mobilisation inédite du 8 septembre dernier, dans la foulée de la démission de Nicolas Hulot, de simples citoyens appelaient de nouveau à manifester, demandant aux associations et partis politiques de se placer en fin de cortège.

Place de l'Opéra à Paris, les banderoles "Changeons le système, pas le climat" et "Chaud devant" ont repris du service, pour défiler jusqu'à la place de la République, a constaté une journaliste de l'AFP. Des militants de "La France insoumise", venus en masse, étaient invités à reculer en queue de cortège.

"Plus on est nombreux, plus on peut peser sur les politiques publiques", explique à l'AFP Sylvaine Deport, 70 ans venue de région parisienne.

Capucine et Aurélien, 35 ans, sont venus avec leur fille de 3 ans sur les épaules et un bébé de 3 semaines, emmailloté en écharpe. Ils disent :
"On n'a pas l'habitude de manifester mais cette cause nous tient à coeur."

Le rassemblement était visuellement moins imposant que celui du 8 septembre qui, à Paris, avait réuni 50.000 personnes selon les organisateurs, 18.500 selon la préfecture de police.

Marseille

A Marseille, près de 500 personnes défilaient à la mi-journée sur le Vieux port. "Le but c'est de dire qu'on est là, qu'on ne se satisfait pas des mesurettes du gouvernement", expliquait Adeline, venue avec ses collègues du zoo de la Barben pour participer au rassemblement.

Coiffés pour l'occasion d'un bonnet à tête d'ours polaire, ils plaident avec les autres manifestants, en majorité des familles, pour une meilleure protection de l'environnement.

Comme en septembre, quand un jeune Parisien, Maxime Lelong, avait pris l'initiative d'appeler à descendre dans la rue après la démission surprise de Nicolas Hulot du poste de ministre de la Transition écologique, ces marches sont organisées par des particuliers, avec le soutien d'associations.

Sous les mots d'ordre "plus qu'une marche pour le climat" et "il est encore temps", ce mouvement citoyen espère dégager "un message clair qui soit audible pour tous" en faveur de l'environnement et encourager le passage à l'action, a indiqué une des bénévoles chargée de la coordination, Danièle Migneaux.
Matthieu Chedid et Cyril Dion

A Paris, en plus de la marche, un "village des initiatives" était organisé samedi après-midi place la République. L'animation des stands a été confiée à des associations, des scientifiques, comme les climatologues Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte; qui devaient intervenir et un forum était prévu pour évoquer les suites du mouvement. Le chanteur Matthieu Chedid et Cyril Dion, réalisateur du documentaire "Demain", sont attendus.

Des rassemblements sont prévus un peu partout dans l'Hexagone, ainsi qu'en Guadeloupe, en Martinique, à La Réunion, en Nouvelle-Calédonie et à Tahiti.

Hors de France, des marches doivent avoir lieu à Genève, Luxembourg, Namur, Montréal et Montevideo, selon les organisateurs.

En parallèle, d'autres actions doivent se dérouler à l'étranger à l'initiative de l'association 350.org. Au Japon ou encore en Australie, des copies du dernier rapport du Giec, paru en début de semaine, doivent être distribuées à des élus.

Dans ce rapport de 400 pages, les experts climat de l'Onu appellent le monde à engager des transformations "rapides" et "sans précédent", s'il veut limiter le réchauffement à 1,5°C. Si les Etats s'en tiennent à leurs engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre pris dans le cadre de l'accord de Paris en 2015, ce sera +3°C à la fin du siècle, avec la menace d'un emballement climatique.



En France, la mobilisation pour le climat reprend

Un mois après une mobilisation inédite pour le climat, de nouvelles marches sont organisées samedi en France. Mais au-delà, les initiatives citoyennes pour l'environnement se multiplient et cherchent à transformer cette énergie en action concrète.

Sous le slogan "Il est encore temps", environ 80 marches sont prévues samedi 13 octobre en France, mais aussi en Suisse, au Luxembourg ou encore en Belgique. Autant d'initiatives qui font suite au 8 septembre, où des manifestations dans une trentaine de villes avaient rassemblé des dizaines de milliers de manifestants, à l'appel d'un Parisien, Maxime Lelong, en réaction à la démission surprise de Nicolas Hulot du poste de ministre de la Transition écologique.

L'avertissement publié lundi par les experts climats de l'ONU, qui prévient que le monde doit engager des transformations "sans précédent" s'il veut limiter le réchauffement à 1,5°C, a créé une nouvelle onde de choc.

Par ailleurs, des humanitaires – comme la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – ont relevé vendredi que le réchauffement de la planète a multiplié par quatre le nombre des catastrophes liées au climat depuis les années 70.

Le 8 septembre marque "la naissance d'un mouvement citoyen", veut croire Maxime Lelong. "Il y a une envie de collectif, de rassembler toutes les bonnes volontés", s'enthousiasme Danièle Migneaux, une des bénévoles chargée de coordonner les manifestations de samedi.

La page Facebook du mouvement a déjà rassemblé 60 000 abonnés en un mois. En parallèle, 700 bénévoles travaillent sur des thématiques précises via le forum de discussion. Vingt Youtubeurs ont aussi lancé à leurs millions d'abonnés, souvent jeunes, un appel assurant qu'on "peut agir pour éviter le pire du changement climatique".

"On voulait montrer l'éventail des actions possibles pour accélérer la réflexion et l'action", souligne le vidéaste Ludovic Torbey de la chaîne "Osons causer", qui a coécrit la vidéo sur YouTube. "La température monte aussi dans nos têtes !"

"Marcher c'est très bien, mais ça ne résout rien"

Pas envie de rejoindre des associations ni d'attendre que les responsables politiques et économiques se saisissent du sujet. "On veut garder à tout prix un système horizontal et la fraîcheur de cet élan", défend Danielle Migneaux. "Il y une énergie folle", témoigne Maxime Lelong. Au départ porté par des gens de 30-40 ans, le mouvement s'étend désormais à de très jeunes militants, recrutés via les réseaux sociaux.

Comment transformer cet engouement et ce foisonnement d'idées en actions concrètes ? Pour Maxime Lelong, "marcher c'est très bien, mais ça ne résout rien. Si on veut avancer, il faut mettre en place des solutions concrètes." Avec d'autres, il a monté la plateforme ilestencoretemps.fr. Elle relaie des campagnes d'ONG, comme celle montée contre la Société Générale pour qu'elle arrête de financer des énergies fossiles ou une initiative pour changer de mode de vie en 90 jours.

À terme, les internautes choisiront trois actions qu'ils jugeront prioritaires. Elles seront présentées à l'Élysée "qui s'engage à donner une réponse", assure Maxime Lelong. "Si cette réponse ne nous convient pas, on redescendra dans la rue."

"Les réseaux sociaux, un formidable porte-voix"

"On a une société plus encline à se mobiliser au coup par coup", analysait récemment Maxime Combes, de l'association Attac. Les ONG s'adaptent en étant plus actives sur les réseaux sociaux et avec une organisation moins pyramidale. "L'aspiration à des cadres moins hiérarchisés existait déjà, on n'assiste pas à une rupture", mais peut-être à une "nouvelle phase", estime-t-il.

Pour le groupe de bénévoles "Nous voulons des coquelicots", pas question en revanche de débattre avec les pouvoirs publics. "Nous ne sommes pas dans une logique de discussion et de négociation", expliquait à l'AFP Fabrice Nicolino, journaliste chez Charlie Hebdo et un des porteurs de l'appel.

Ce mouvement compte rassembler tous les premiers vendredi du mois devant les mairies dans tout le pays pour permettre aux gens de s'approprier le mouvement, explique une organisatrice. "Les réseaux sociaux sont un formidable porte-voix, mais énormément de gens n'en sont pas familiers" et se retrouver dans la rue reste un bon moyen de fédérer, explique-t-il.

Avec AFP

Dérèglement climatique: le rapport choc du Giec

Le Giec publie ce lundi un rapport fondamental sur le climat. Il en revient désormais aux gouvernements de se l'approprier et d'entamer une transition écologique.

La question du réchauffement climatique est sur le devant de la scène et, avec elle, la nécessaire implication des Etats pour endiguer la hausse des températures. Le Giec (Groupe des experts du climat) a publié ce lundi un rapport, avec une conclusion sans appel : pour éviter des impacts majeurs sur l’humanité, le réchauffement climatique doit être contenu à +1,5 °C au maximum. Dans ce cas, le monde sera certes déréglé, soulignent les scientifiques, mais vivable et viable pour l'humanité. En revanche, une hausse de plus de 2°C pourrait avoir des effets irréversibles pour la vie sur Terre. Élévation du niveau de la mer, désertification, perte d'habitats naturels et d'espèces, diminution des calottes glaciaires, rythmeraient un quotidien moribond.

"Big bang écologique"
Plus qu'un constat, le rapport du Giec est un appel urgent lancé aux dirigeants des Etats. Ils doivent, sans plus tarder, enclencher une transition écologique à travers, notamment, une décarbonation des secteurs clés de l’énergie, des transports et de l'agriculture

"Nous avons besoin d’un big bang écologique pour assurer un avenir à l’humanité et à la nature. Nous savons quelles sont les solutions pour y parvenir, il faut maintenant changer d’échelle et faire de la transition écologique une priorité au niveau national et international. En France, cela doit passer par des décisions à la hauteur dans les domaines de l’énergie, du bâtiment, des transports et de l’agriculture et par une reconnaissance de la dette écologique au même niveau que la dette financière”, avertit Pascal Canfin, directeur général du WWF France, dans un communiqué.

Des actions concrètes d'ici 2020
195 Etats ont approuvé ce rapport réclamé au moment de la COP21, à Paris. Reste qu’ "ils doivent tenir compte de la science pour éviter les conséquences irréversibles du changement climatique. Nous ne pouvons plus procrastiner l’action climatique au niveau mondial", prévient Manuel Pulgar Vidal, directeur international Climat & Énergie au WWF.

Et d’ajouter: "La différence entre possible et impossible, c’est la volonté politique. Pour parvenir à relever le défi qui nous attend, nous avons besoin d’un leadership et d’engagements politiques forts, à compter de la COP24 en décembre, concrétisés ensuite par des plans d’action nationaux plus solides d’ici 2020."

PUBLICITÉ

20 Bienfaits Incroyables DES NOIX Sur La Peau, Les Cheveux Et La Santé.

Les noix sont des petites coquilles pleines de bienfaits pour la santé ! Il y a souvent des noix dans les tablettes de chocolat, les biscuits ou encore les gâteaux. Malgré leur petit goût amer, beaucoup de gens en mangent ! Et ils ont bien raison surtout que la saison commence maintenant. Il existe plusieurs types de noix mais la plus connue est sans doute la noix de Grenoble. Comme toutes les noix, ses bienfaits pour la santé sont nombreux.

Les noix sont par exemple excellentes pour le visage et le corps. D'ailleurs, de nombreuses marques de produits de maquillage et de soins pour la peau incluent des extraits noix dans leur composition. Pourquoi ? Parce qu'elles sont riches en nutriments et ça, c'est parfait pour nos routines de beauté ! Elles sont aussi très recherchées pour les soins des cheveux. Vous avez sans doute remarqué que de nombreux shampoings contiennent des extraits de noix ou d'huile de noix. La raison en est simple : les noix gardent les cheveux en bonne santé et les rendent brillants. Découvrez dès maintenant 20 bienfaits incroyables des noix sur la peau, les cheveux et la santé.

1. Bon pour le coeur Grâce à des niveaux élevés d'acides gras oméga-3 présents dans les noix, celles-ci sont très bonnes pour le système cardiovasculaire. Il a été prouvé que manger quelques noix par jour aide à réduire la tension artérielle. Bien utile pour ceux qui souffrent d'hypertension ! Non seulement les acides gras oméga-3 sont connus pour favoriser la réduction du taux de mauvais cholestérol dans l'organisme, mais en plus ils favorisent aussi la production du bon cholestérol. Et ça, c'est excellent pour le coeur !

 2. Pour le système immunitaire Les noix contiennent de grandes quantités d'antioxydants qui maintiennent le système immunitaire en bonne santé et préviennent l'apparition de maladies. Pour rester en pleine forme, ajoutez simplement 1 à 2 noix à votre alimentation chaque jour. Facile, n'est-ce pas ?

 3. Pour garder un cerveau en pleine forme Les acides gras oméga-3 que l'on trouve dans les noix ont également des bienfaits reconnus sur le cerveau. Consommer des aliments riches en acides gras oméga-3 participe au bon fonctionnement du système nerveux. En plus, ça améliore la mémoire.


4. Contre le cancer du sein En 2009, dans une de ses publications, l'Association américaine pour la recherche sur le cancer a fait une découverte étonnante. Cette étude a démontré que la consommation quotidienne d'une ou deux noix peut aider à réduire le risque de cancer du sein.

 5. Contre l'asthme, l'arthrite et l'eczéma Les noix peuvent aussi aider à soigner des maladies inflammatoires telles que l'asthme, l'arthrite ou l'eczéma. Comment c'est possible ? Eh bien, encore une fois, grâce à la présence importante des acides gras ! 

6. Pour la santé des os Les noix contiennent un acide gras qui s'appelle l'acide alpha-linolénique. Et grâce à cet acide alpha-linolénique et à ses composés, les os sont plus solides et en meilleure santé. De la même façon, si vous absorbez des oméga-3 en mangeant des noix, les problèmes d'inflammation des articulations diminuent, ce qui permet de garder des os solides pendant longtemps.

 7. Pour un meilleur sommeil et contre le stress Les noix contiennent de la mélatonine. Et ce composé est connu pour améliorer la qualité du sommeil. Sans compter que les acides gras oméga-3 maintiennent une pression artérielle basse et aident à diminuer le stress.

8. Pour la grossesse Manger une noix au quotidien est aussi très bénéfique pour les femmes enceintes. En effet, les noix contiennent des vitamines du complexe B, si importantes pour la santé. Dans ce groupe de vitamine, on y trouve des folates, de la riboflavine ou de la thiamine etc. Tous contribuent au bon développement du fœtus et à ce que les femmes soient en bonne santé pendant leur grossesse. 

9. Contre la constipation et le système digestif Les noix sont riches en fibres et elles constituent un excellent moyen pour assurer le bon fonctionnement du système digestif. Tous les humains ont besoin quotidiennement de fibres pour que leurs intestins marchent correctement. Mais les sources principales de protéines, comme la viande ou les produits laitiers, manquent de fibres. C'est pourquoi il est important de manger des noix tous les jours. Ça permet d'éviter les problèmes digestifs et aide vos intestins à mieux fonctionner. 

10. Pour détoxifier son organisme Les noix, ce sont de véritables aspirateurs internes ! En effet, elles nettoient notre organisme des innombrables parasites qui s'y trouvent. Grâce à ses nutriments, elles rentrent dans la catégorie des super aliments. Cette petite collation est bénéfique pour la santé cardiaque mais aussi pour perdre du poids. On parle vraiment d'une petite collation car 1 à 2 noix par jour suffisent pour profiter de ses bienfaits. En mangeant beaucoup plus de noix quotidiennement, on s'expose à des désagréments, comme les allergies. 

11. Contre la candidose Pour guérir d'une infection fongique ou de la candidose, les noix sont parfaites car elles purifient l'organisme. Ces affections sont à l'origine de symptômes très désagréables qui vont de la libération de toxines jusqu'aux démangeaisons. Les noix sont aussi efficaces pour lutter contre les excroissances cutanées. LES BIENFAITS SUR LA PEAU 

12. Retardent le vieillissement de la peau Les noix sont aussi très bonnes pour la peau car elles sont pleines de vitamines. La vitamine B contenue dans les noix aide à réguler le stress et l'humeur. Et moins on est stressé, plus on a une belle peau ! À l'inverse, des niveaux de stress élevés peuvent entraîner l'apparition de rides précoces sur la peau... La présence de vitamine B ainsi que de vitamine E, un antioxydant naturel présent dans les noix, aide à lutter contre les radicaux libres engendrés par le stress. Elle retarde donc le processus de vieillissement.

13. Hydratent la peau Si vous avez la peau sèche, essayez d'appliquer régulièrement de l'huile de noix dessus. Pourquoi ? Car l'huile de noix aide à garder une peau bien hydratée. Elle nourrit la peau de l'intérieur en favorisant la croissance des cellules saines. 

14. Contre les cernes L'application régulière d'huile de noix chaude est reconnue depuis longtemps pour diminuer efficacement les cernes. C'est un agent apaisant fabuleux ! L'huile extraite des noix a la réputation de faire dégonfler les poches et de détendre les yeux, tout en rehaussant leur éclat. 

15. Pour une peau éclatante Vous voulez profiter des propriétés des noix pour votre visage ? Alors faites vite ce masque maison, facile à faire. Pour cela, mettez quatre noix décortiquées dans un blender. Ajoutez ensuite 2 cuillères à café d'avoine, une cuillère à café de miel, une cuillère à café de crème fraîche et 4 gouttes d'huile d'olive. Mélangez bien jusqu'à obtenir une pâte lisse et appliquez directement cette pâte sur votre visage. Laissez complètement sécher et rincez à l'eau tiède en massant le visage, en faisant des mouvements circulaires. Ce masque est une excellente façon de garder une peau hydratée et de retarder l'apparition des rides. LES BIENFAITS SUR LES CHEVEUX 

16. Pour des cheveux plus sains De nos jours, à cause de la pollution, de nos modes de vie stressants et de nos mauvaises habitudes alimentaires, nos cheveux sont plus ternes et endommagés que jamais. Heureusement, vous pouvez facilement avoir des cheveux sains et éclatants en incorporant quotidiennement des noix dans votre programme de soins capillaires. Vous pouvez tout simplement les manger ou appliquer de l'huile de noix sur vos cheveux. Les noix sont connues pour favoriser une chevelure saine et apporter de l'éclat aux cheveux. 

17. Empêchent la calvitie Selon certaines études américaines, l’utilisation régulière d’huile de noix peut éviter les problèmes de calvitie. 

18. Un anti-pelliculaire naturel L'huile de noix est souvent utilisée pour faire des huiles capillaires en raison de ses importantes propriétés hydratantes. Par conséquent, on peut la recommander comme un agent anti-pelliculaire naturel. 

19. Un cuir chevelu plus sain L'application régulière d'huile de noix maintient le cuir chevelu bien hydraté, ce qui permet d'éviter les dermatites. Les propriétés antifongiques de l'huile de noix aident aussi à prévenir les infections provoquées par la teigne. Cela garantit en outre un cuir chevelu plus sain et plus propre. Et si vous avez un cuir chevelu sain, vous avez automatiquement des cheveux plus sains ! 

20. Pour raviver naturellement la couleur de vos cheveux La coque des noix est un colorant naturel qui peut accentuer les reflets naturels de vos cheveux. L'huile de noix contient une quantité importante de différentes protéines. Celles-ci aident à raviver la couleur des cheveux, tout en lui donnant plus d'éclat et un aspect plus sain. Comment utiliser l'huile de noix ? Pour profiter pleinement de tous ses bienfaits, vous pouvez l'utiliser au moins trois fois par semaine. Pour qu'elle soit efficace, elle peut être utilisée seule ou en mélange avec de l'huile de coco ou d'olive. Cependant, avant de l'utiliser, consultez d'abord un médecin pour écarter tout risque d'allergie aux noix. Précautions Selon l'American Cancer Society, les personnes allergiques d'une façon générale aux noix, et en particulier aux noix de pécan, doivent éviter les noix de Grenoble, à cause des risques d'allergies. Si vous avez un doute, consultez un médecin. Les réactions peuvent se traduire par une sensation d'oppression dans la gorge ou la poitrine, de l'urticaire, des difficultés respiratoires et des éruptions cutanées. 

Dans ce cas-là consultez immédiatement un médecin ou appelez le 15.

 Recettes faciles pour cuisiner les noix Vous pouvez profiter des bienfaits des noix en les grignotant directement comme ça ou en les incorporant à votre alimentation. Voici quelques idées simples pour cuisiner des noix. - Mixez 2 ou 3 noix avec une banane et un yaourt pour faire un smoothie sain. - Transformez-les en une délicieuse pâte à tartiner. Réduisez les noix en poudre et mélangez avec de l'ail, du sel, du jus citron, un filet d'huile d'olive et une pincée de poivre. - Préparez une délicieuse salade en mélangeant des noix, des dés de pomme, des poivrons rouges et jaunes et des oignons nouveaux. Servez avec une vinaigrette à l'ail allégée. - Pour faire un plat riche en protéines, préparez un délicieux repas avec une boite de thon, de l'avocat, du céleri et des pommes. Mélangez avec les noix que vous avez grillées préalablement et ajoutez un jus de citron vert frais pour apporter plus de saveurs. - Mélangez une poignée de noix de Grenoble grillées et écrasées avec un biscuit sans amandes, sans sucre et à graines entières. - La saveur des noix se marie bien avec le caramel, le fromage bleu, les champignons, le porto, les salades composées, les pâtes, les courgettes ou les raisins secs et le sherry. - Cassez les noix uniquement lorsque vous prévoyez de les manger. Cela aidera à conserver leur fraîcheur et leurs nutriments. Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook. À découvrir aussi : Les 7 Bienfaits des Noix Scientifiquement Prouvés : Le N°4 est Incroyable ! 18 Bienfaits des Noix Sur La Santé Que PERSONNE Ne Connaît.

Cet astéroïde en forme de crâne humain viendra hanter la Terre juste après Halloween

Un petit objet du système solaire est sur le point de nous rendre visite une troisième fois depuis sa découverte en 2015. Il a été nommé « 2015 TB145 », mais est également connu sous le nom d’astéroïde Halloween.
J. A. Peñas/SINC

Sous certaines conditions et angles, l’astéroïde fait en effet penser à un crâne humain. L’objet est presque aussi noir que le charbon et lors de sa visite précédente, son approche la plus proche de la Terre avait eu lieu le 31 octobre 2015.

Il s’agit très probablement d’une comète morte. D’après ce qu’ont pu constater les scientifiques, l’ancienne comète se serait « éteinte » à force de passer près du Soleil. Il ne s’agirait aujourd’hui plus que d’une pierre au noyau de glace et de poussière inerte. Un magnifique mélange de circonstances parfaitement adaptées au thème d’Halloween.

Il y a cependant quelques différences avec la visite de cette année. Le premier survol de l’astéroïde d’Halloween était très rapproché, situé juste au-delà de l’orbite de la Lune, à 486’000 kilomètres. Par contre, l’inclinaison orbitale est importante (orbite très inclinée), donc quand il bascule par rapport à la Terre, sa distance par rapport à cette dernière varie. Son survol de 2015 a été le plus proche de la Terre, et le record sera maintenu pendant encore 500 ans.



Cependant, bien évidemment, l’astéroïde ne rend pas toujours visite à la planète bleue durant les fêtes d’Halloween : sa période orbitale est de 1112 jours, soit un peu plus de trois ans. Donc, à chaque fois qu’il nous rend visite, c’est un peu plus tard dans l’année que la fois précédente. Le survol de cette année aura lieu début novembre, et l’astéroïde sera aussi beaucoup plus éloigné que lors du survol précédent : environ 105 fois la distance entre la Terre et la Lune.

Il s’agit d’un objet fascinant, que les chercheurs se sont empressés d’étudier en détail dès sa découverte. C’est à l’aide de toute une variété de télescopes que les chercheurs ont pu en apprendre beaucoup sur l’astéroïde lors de son approche, de son survol et de son départ, en 2015.

« L’objet mesure entre 625 et 700 mètres, sa forme est un ellipsoïde légèrement aplati et son axe de rotation était approximativement perpendiculaire à la Terre au moment de sa proximité la plus proche », a déclaré l’astrophysicien Pablo Santos-Sanz de l’Institut d’astrophysique d’Andalousie. « De plus, son inertie thermique (la quantité de chaleur qu’il retient et la vitesse à laquelle il absorbe ou transfère la chaleur) est compatible avec celle d’astéroïdes de taille similaire », a-t-il ajouté.

Vers la fin des hypermarchés?

De plus en plus de grandes enseignes ferment ou vendent certains de leurs hypermarchés, boudés par les consommateurs. A la place, des magasins plus modernes, sans caisse, ouvrent.

Des magasins d'un nouveau genre... Le groupe Casino a annoncé cette semaine son intention de vendre 20 hypermarchés alors que, dans le même temps, Monoprix développe ses magasins sans caisse dans Paris. Faut-il s'attendre à une mutation majeure du monde de la distribution ?

Pour Philippe Moati, cofondateur de l'observatoire société et consommation, auteur de La nouvelle révolution commerciale, invité d'Europe 1 dimanche, "aujourd'hui ce qui fait rêver, c'est le petit, c'est le proche", plus l'hypermarché.

La fin des hypermarchés ? Les hypermarchés, "format emblématique de la modernisation du commerce", avaient débarqué en force dans les années 70 et n'ont "pas cessé de prendre des parts de marché", indique le cofondateur de l'observatoire société et consommation. Mais c'est désormais un nouveau cycle qui s'amorce. "Ce format, inventé dans les années 60, n'est plus tout à fait en phase avec ce qu'est devenu la technologie, les modes de vie et la concurrence. Il amorce un déclin, même si l'hypermarché conserve des atouts qui sont reconnus", poursuit-il alors que 80% de la population fréquente les hypermarchés.

Ces très grands magasins qui regroupent alimentation, habillement et accessoires souffrent de la concurrence. "On est plutôt dans une logique de recul. Ça a commencé il y a déjà plusieurs années dans les rayons non alimentaires avec la concurrence des grandes surfaces spécialisées et plus récemment du commerce en ligne", explique Philippe Moati.

"Ce qui est plus inquiétant, c'est que l'on voit désormais une érosion des positions dans l'alimentaire qui est leur cœur de métier", précise-t-il. "Pour un consommateur sur deux, fréquenter un hypermarché est associé à la corvée. Il y a trente ans, les grandes surfaces incarnaient l'abondance, la démocratisation de l'accès à la consommation. Aujourd'hui ce qui fait rêver, c'est le petit, c'est le proche, c'est l'authentique...".

Vers des magasins sans caisse. Le "réenchantement" du commerce passera-t-il par l'arrivée de magasins ultra-connectés ? Aux Etats-Unis, Amazon propose déjà plusieurs magasins sans caisse, Amazon Go, et prévoit d'en ouvrir 3.000 d'ici 2021. "Dans le dispositif d'Amazon, on s’identifie avec son téléphone et ensuite, grâce à un système de caméras assez ingénieux, on met les produits dans son cabas et on ressort", détaille l'auteur de La nouvelle révolution commerciale.

Avec ce système, "on supprime le plus irritant, c'est-à-dire le passage en caisse". "On pourra dire 'c'est dommage, on se prive de l’interaction', mais en réalité, l'interaction que l'on a avec le caissier ou la caissière est extrêmement faible. Donc on peut craindre, cette fois-ci, que ces emplois vont être détruits", conclut-il.

À l’ONU, Emmanuel Macron appelle à un nouvel ordre mondial

Défendant à la fois la souveraineté des peuples et le multilatéralisme, le chef de l’État a appelé mardi à la tribune de l’ONU à mettre en œuvre un "nouvel équilibre mondial".

Emmanuel Macron s’est posé en défenseur du multilatéralisme : à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, mardi, le chef de l’État s’est insurgé contre la "loi du plus fort" et a appelé à renouveler les formes de coopération internationale pour régler les crises et les conflits. "Nous vivons aujourd’hui une crise profonde de l’ordre international (…) Et nul besoin de chercher les responsabilités de ce délitement : ils sont ici, dans cette assemblée, ils prennent la parole aujourd’hui. Les responsables, ce sont les dirigeants que nous sommes", a accusé Emmanuel Macron, en préambule de son discours de près de 45 minutes.

Appel au multilatéralisme. Partant de cet amer constat, le président a condamné d'abord la "loi du plus fort". "Cette voie, qui serait celle de la loi du plus fort, celle de l’unilatéralisme, nous conduit directement au repli et au conflit (…) La loi du plus fort ne protège aucun peuple", a prévenu Emmanuel Macron. En évoquant la situation iranienne, le chef de l’État a semblé répondre à Donald Trump, qui s’est exprimé un peu plus tôt à cette même tribune et appelé à isoler le régime iranien. "Nous savions que l’Iran était sur la voie du nucléaire militaire, et qu’est-ce qui l’a stoppé ? L’accord de Vienne de 2015. Nous devons aujourd’hui non pas exacerber les tensions régionales, mais proposer un agenda plus large, dans le dialogue et le multilatéralisme", a prôné le président français dans une allusion implicite à la décision américaine de se retirer de cet accord sur le nucléaire iranien.

Vers "un nouvel équilibre mondial". Emmanuel Macron a également appelé les pays de l’Assemblée générale de l’ONU à "trouver ensemble un nouveau modèle, un nouvel équilibre mondial".

Les derniere infos de septembre Suite